Pérouse : coup de jeune sur la joaillerie de luxe

Le monde de la joaillerie de luxe évoque immédiatement de grandes maisons installées depuis des générations à Paris. Elles sont l’emblème de l’élégance à la française, jusqu’à faire partie intégrante du patrimoine français. Cette situation pourrait en intimider plus d’un, mais pas Philippine Pérouse. Portée par sa passion et par son expertise en pierres précieuses, la jeune entrepreneuse n’a que 25 ans lorsqu’elle fonde, en 2014, Pérouse Paris. Et la consécration ne se fait pas attendre.

Ses créations sont sobres et élégantes dans la tradition de la joaillerie de luxe française. Elle y allie des pierres aux couleurs vives et franches, pour lesquelles elle a un amour particulier.

La passion de Philippine pour les bijoux naît alors qu’elle n’est qu’une enfant. Dès l’âge de sept ans, elle confectionne des bijoux en perles de rocaille qu’elle vend sur les plages pendant ses vacances. Adolescente, elle s’intéresse à la joaillerie de luxe, fascinée par la précision des bijoux et la délicatesse des lignes. Elle intègre l’EDHEC Business School, et se forme dans la foulée à la gemmologie au Gemological Institute of America à Londres. Elle y acquiert une expertise et un savoir-faire, qu’elle met aussitôt en pratique dans de prestigieuses maisons entre Paris et Londres.

Des bijoux sur mesure

Elle se lance alors dans un tour du monde des marchés de pierres précieuses, qui l’emmène du Brésil à l’Inde en passant par la Thaïlande où elle choisit de poser ses valises. Et c’est à Bangkok qu’elle trouve son inspiration, entre techniques traditionnelles de fabrication et audace esthétique. C’est là que se forge son goût pour le mélange entre l’or et les couleurs ardentes. Elle y apprend les processus de transformation du minéral brut à la pierre taillée et le travail de la monture.

De retour à Paris, elle crée la maison Pérouse Paris, qu’elle revend presque aussitôt au groupe Printemps. Elle crée également son propre atelier, en association avec un joailler, Arnold. Ses premiers prototypes séduisent mais sont trop lourds, donc trop chers. Elle réajuste ses dessins et lance sa première collection : « des bijoux de tous les jours en pierres de couleurs. » Elle crée rapidement ses premiers modèles de bagues de fiançailles, qui suscitent un vif intérêt. Elle démarre cependant avec une collection d’alliances. 

De la haute qualité à prix raisonnables

En janvier 2016, elle ouvre son showroom, et les commandes de bagues de fiançailles se multiplient. Philippe Pérouse privilégie le sur-mesure. Elle lance la même année douze modèles de bagues de fiançailles, qui peuvent être personnalisées. Elle utilise également des métaux moins onéreux que l’or : vermeil et argent pour pouvoir proposer des pièces plus abordables. 

La jeune créatrice prend du temps avec les futurs mariés pour les guider, ce qui lui vaut un franc succès. « Il faut gagner la confiance, l’important c’est de se positionner. C’est tout le challenge, faire comprendre aux clients que je leur façonne des bijoux de haute qualité. »

Pérouse Paris travaille exclusivement avec des diamantaires labellisés par le Responsible Jewelry Council et qui respectent le processus de Kimberley. Ce label garantit la traçabilité des diamants et la façon dont ils ont été extraits des mines. Les pierres de couleur sont achetées auprès de fournisseurs de confiance, essentiellement des entreprises familiales et des petites structures. Enfin l’or utilisé est uniquement de l’or recyclé de 18 carats, qui est fondu dans l’atelier Pérouse.

Enfin, Philippine Pérouse fait en sorte de pratiquer des prix raisonnables, en évitant les intermédiaires, que ce soit pour la fabrication et la distribution de ses bijoux, et en pratiquant des dépenses marketing mesurées. Cela lui permet de rendre accessibles des bijoux de luxe à une clientèle plus large.

Photos :

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.