Maison Cadolle : corsetières de mère en fille

A l’origine le corset était fait pour sculpter le corps de la femme afin de le sublimer. Sans se soucier du confort de celle qui devait « souffrir pour être belle ». Quand Herminie Cadolle créée sa maison de corseterie en 1889, c’est au contraire pour libérer la femme de ces corsets contraignants. Elle est en effet l’inventeur du soutien-gorge.

Herminie Cadolle démarre à Paris comme corsetière, tout en militant activement avec Louise Michel lors de la Commune de Paris. Elle quitte la France en 1887 et s’installe en Argentine où elle ouvre la première « Maison Cadolle ». Elle y fait fortune, et rentre en France pour présenter ses créations lors de l’exposition universelle de 1889. Elle y présente notamment sa géniale idée de soutien-gorge qu’elle brevète sous le nom de « corselet-gorge ». En 1910, elle crée sa première boutique rue de la Chaussée d’Antin.

Dès 1911, sa fille Marie Cadolle, qui gère la boutique, décide de s’installer dans la rue Cambon, qui deviendra un fameux pôle de la haute couture, et où la maison Cadolle est toujours installée.

En 1921, Marguerite Cadolle, très amie avec la célèbre joueuse de tennis Suzanne Lenglen, a l’idée de cosigner plusieurs campagnes publicitaires pour une ligne de parfums Cadolle. En 1925, elle innove en créant le premier soutien-gorge aplatisseur, le boyish form. 

La Maison Cadolle compte alors de nombreuse clientes célèbres, parmi lesquelles la duchesse de Windsor, pour lesquelles elle crée des collections de lingerie raffinée avec décolletés vertigineux et robes ultra moulées, créant ainsi des ponts entre corseterie et haute-couture. La Maison Cadolle devient dès lors incontournable.

Du costume de théâtre à la haute couture

Depuis Herminie, six générations de femmes se sont succédées à la tête de la fameuse Maison, aujourd’hui dirigée par Poupie et Patricia Cadolle. Elles ont su faire évoluer la prestigieuse maison en fonction des modes et des besoins des femmes, tout en gardant l’esprit et le style maison.

« Ce qui a précipité la fin de la corsetterie classique, c’est sans conteste l’invention du collant de Nylon. Il a provoqué la disparition de tout ce qui était gaine, combiné porte-jarretelle et guêpière… «  indique Poupie Cadolle

Aujourd’hui, la Maison Cadolle collabore aussi bien avec des costumières du monde entier, qu’avec des grands couturiers qui lui confient la silhouette de leurs clientes. Elle est également partenaire du Crazy Horse, dont elle crée les somptueux déshabillés.

Les collections sont élaborées par Poupie et Patricia : « Nous n’avons pas de styliste, tout est fait maison. » La marque est vendue au 4 rue Cambon, ainsi que dans des boutiques sélectionnées. La maison propose aussi Cadolle Diffusion, un prêt-à-porter de luxe fabriqué dans le même esprit que Cadolle haute couture.

« Nos lignes se veulent très sexy, loin de l’image surannée qui nous était accolée pendant tant d’années. Nous avons pris le virage de la séduction grâce à la remise à la mode des corsets que j’ai réinitié dans les années 1980 ; les laçages font rêver les hommes et silhouettent les femmes de façon spectaculaire. » précise Poupie. 

Et ça marche ! Aujourd’hui encore la Maison Cadolle attire femmes célèbres, princesses et artistes en quête d’un savoir-faire et d’un art élaborés par six générations de femmes. 

Photos : cadolle.com et Hprints.com

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.