Le ROC Russe : décryptage d’une anomalie

Pour cette édition des Jeux Olympiques, point de drapeau ou d’hymne national russe. Même la mention « Russie » a été remplacée par l’acronyme ROC sur les maillots. Explications.

335 athlètes ont fait le voyage de la Russie jusqu’à Tokyo pour participer à l’édition 2021 des Jeux Olympiques. Pourtant, ceux-ci concourent non pas sous l’appellation « Fédération de Russie » mais sous l’acronyme « ROC » , Russian Olympic Committee ou Comité Olympique Russe en français.

ROC = Russian Olympic Committee

Cet acronyme fait suite aux révélations de dopage aux Jeux de Sotchi, qui lui ont valu d’être interdite d’organiser ou de participer à toute compétition internationale majeure jusqu’au 16 décembre 2022.

Puisque la Russie n’est officiellement pas représentée, l’hymne national a été remplacé pour l’occasion par un extrait du Concerto pour piano n°1 de Tchaïkovski, tandis que les traditionnelles couleurs bleu-blanc-rouge ont été légèrement remaniées.

Seulement, suspendre une nation ne signifie pas forcément suspendre ses athlètes. Le CIO a en effet autorisé les sportifs russes à concourir sous une bannière neutre, en l’occurrence le ROC. À condition toutefois que ceux-ci n’aient jamais été reconnus coupables de dopage.

Solides comme un…

Mais si vous avez suivi les Jeux, vous savez néanmoins que cette subtilité sémantique n’empêche pas la Russie de briller à Tokyo. Au terme de ces Jeux Olumpiques de Tokyo, le ROC a récolté 71 médailles, dont vingt en or en tennis, athlétisme, escrime, boxe, lutte libre et gréco-romaine, taekwondo, gymnastique, natation et tir. Les membres du comité exécutif du ROC affiliés à ces disciplines, notamment Mikhaïl Mamiashvili (lutte), Shamil Tarpischev et Andrey Bokarev (tennis),  Vladimir Salkinov (natation) et Vassili Titov (gymnastique) sont probablement pleinement satisfaits des performances de leurs athlètes !

Et si normalement, le CIO a interdit de prononcer le mot « Russie », les speakers présents sur place semblent régulièrement oublier les consignes. Et au sein de la Mère Patrie, les fans et les autorités russes n’hésitent pas à tourner en dérision la sanction du CIO… Que ce soit sur le compte Twitter officiel de la Russie ou sur les affiches qui habillent les murs des villes russes fleurit le hashtag #wewillROCyou. Une petite pique à peine dissimulée qui pourrait bien mériter la médaille d’or de l’humour.


Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.