Keranova innove dans la chirurgie optique

L’opération de la cataracte est l’intervention chirurgicale la plus pratiquée dans le monde à ce jour. Elle concerne 25 millions de patients chaque année, dont 830.000 en France. Et ces chiffres sont en perpétuelle augmentation au vu du vieillissement de la population. Le bistouri optique développé par l’entreprise stéphanoise Keranova, qui s’appuie sur une technologie laser à front d’ondes multiples, intéresse donc beaucoup de monde.

« Aujourd’hui, un laser chirurgical réalise une incision ligne par ligne, par le déplacement d’un spot laser unique, explique Fabrice Romano, le fondateur de Keranova. Notre laser déplace lui une matrice de spots, générés par modification du front d’onde dont la forme et la topographie s’ajuste de manière programmée et dynamique ».

Fabrice Romano, spécialiste en chirurgie ophtalmique, n’en est pas à sa première start-up de thérapie oculaire puisqu’il avait fondé en 2008 EyeTechCare, une technologie pour traiter les glaucomes à partir d’ultrasons de haute intensité. C’est en 2015 qu’il repère dans les labos de recherche de l’université Jean-Monnet, à Saint-Etienne, un laser révolutionnaire. Il voit immédiatement l’usage qu’il pourrait faire de ce laser pour la chirurgie des yeux. Il décide alors de créer sa start-up Keranova pour le développer.

80 % de l’acte chirurgical automatisé

Cette nouvelle technologie est basée sur la photoémulsification, qui consiste à émulsifier en quelques secondes le cristallin par laser alors que le processus utilisé à ce jour dure de 5 à 10 minutes. D’où un gain de temps précieux. Par ailleurs, le laser étant animé par un bras robotisé se positionne très précisément sur l’œil, ce qui rend l’opération plus sûre.

Enfin, cette technologie est associée à un bras robotisé et programmable. Grâce à des capteurs embarqués et à l’intelligence artificielle, le robot réalise 80 % de l’acte chirurgical sans intervention humaine. « On le dit peu, mais il existe une certaine variabilité entre les opérateurs et aussi chez un même chirurgien » témoigne Fabrice Romano. Alors que la machine, elle, produit un résultat constant et fiable.

Keranova a déposé au total 11 brevets pour son appareil, Femtomatrix. Celui-ci pourra également être utilisé pour la chirurgie de la myopie ou de l’astigmatisme, moyennant une mise à jour du logiciel.

Passage à la phase d’industrialisation

La start-up devrait investir prochainement ses nouveaux locaux de 3500 m2 rue de la Montat, au sein du tout nouvel immeuble Le Ginkgo. « Notre invention est stéphanoise, nous resterons à Saint-Etienne. J’y tiens », précise Fabrice Romano. C’est dans ce tout nouvel environnement que la start-up devrait dès 2022 passer à l’étape suivante : l’industrialisation et la commercialisation de son Femtomatrix.

Une étape décisive à laquelle Keranova se prépare depuis des années. Elle s’est dotée d’une équipe conséquente pour accélérer le développement : les études cliniques et réglementaires, la pré-industrialisation et le suivi du processus réglementaire très strict. Sa technologie ainsi que son organisation interne sont en train de passer leurs examens de passage européens.

Ce passage à la fabrication et à la commercialisation de son produit permettra à Keranova de sortir du stade de start-up. En effet, jusqu’ici, Keranova ne fait aucun bénéfice, tout passe en Recherche et développement, même si la start-up compte actuellement plus de 40 collaborateurs. Fabrice Romano, ainsi que ses investisseurs, attendent depuis longtemps ce moment. 

« Dans quelques années, la chirurgie ophtalmique actuelle paraîtra complètement obsolète », prédit Fabrice Romano.

Photo : auvergnerhonealpes.fr

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.