pieux-ouest

Pieux Ouest : l’entreprise familiale qui s’est fait un nom dans le BTP

Les entreprises familiales sont souvent un gage de fiabilité, de confiance, et de savoir-faire de terrain bien ancré. Mais parvenir à se faire un nom dans le milieu du BTP, face à des géants tels que Bouygues n’est pas chose aisée. C’est pourtant le pari de la famille Goudenège qui fabrique et installe des pieux pour les fondations de constructions depuis 1979. Son secret : miser sur l’innovation et la spécialisation pour rester leader sur ce marché. Une stratégie gagnante qui a permis de créer de nombreux emplois dans une région particulièrement affectée par le chômage.

Les pieux de fondations, un marché de niche

Les pieux, dans le domaine de la construction, ce sont ces longues structures qui s’enfoncent parfois très profondément dans le sol pour permettre la fondation d’un bâtiment ou d’une structure. Leur conception et leur installation nécessitent un très grand savoir-faire et une bonne dose de créativité pour s’adapter à des chantiers toujours différents. C’est dans ce marché de niche, très spécifique, que l’entreprise Pieux Ouest, basée à Tours a réussi à se faire une place de choix. Elle a mené près de 8.000 chantiers sur toute la France à un rythme d’environ 300 chantiers par an. Une franche réussite pour une structure familiale.

Pieux Ouest : une entreprise familiale motivée par un besoin d’indépendance

Avant de créer son entreprise et de se lancer seul dans ce secteur, Max Goudenège a mené une carrière brillante avec l’entreprise Paumel ETF, au sein de laquelle il fut directeur de l’agence de Tours. Mais l’esprit entrepreneurial et le besoin d’indépendance l’ont finalement emporté. En 1978, il crée l’entreprise Pieux Ouest, se basant sur l’expertise technique et son analyse du marché qu’il avait développé au sein de Paumel.

C’est maintenant le fils de Max Goudenège, Olivier, qui est aux commandes. L’épouse de Max, Françoise Goudenège, est également très impliquée dans l’entreprise. Ancienne directrice générale, elle aide désormais son fils à relever les défis qui s’imposent à Pieux Ouest, à innover, à s’adapter à un marché ultra-concurrentiel.

Il faut dire qu’Olivier Goudenège a suivi son père à la trace. Pour ses études, il a suivi le même cursus pour devenir comme lui ingénieur diplômé de la prestigieuse Ecole spéciale des travaux publics de Paris (ESTP).

L’esprit entrepreneurial aussi s’est transmis de génération en génération. Olivier a beaucoup appris de son père, sur le terrain. Il a su lui transmettre sa passion et lui a laissé les rênes de l’entreprise familiale en toute confiance.

L’industrie des pieux ne connaît (presque) pas la crise

Depuis 2007, la majorité des entreprises de travaux publics connaissent un ralentissement de leur activité dû à la crise. Pieux Ouest est parvenu à résister à cette baisse généralisée, mais a vu son chiffre d’affaire stagner après des années de croissance. La société estime avoir désormais atteint un chiffre d’affaire d’environ 11 millions d’euros, qui « correspond à la juste taille de l’entreprise ». Pour maintenir la tête hors de l’eau dans un contexte aussi concurrentiel, Pieux Ouest a dû se montrer innovante.

Savoir-faire et innovation

Si Pieux Ouest a réussi à résister à la concurrence féroce des géants du secteur, c’est certainement grâce à sa capacité à s’adapter.

Il faut dire que la famille Goudenège a toujours eu un don pour l’innovation et a joué un rôle important dans le développement de ces fameux pieux. En plus d’être un entrepreneur visionnaire, Max est aussi un technicien hors pair. Lorsqu’il était employé de l’entreprise de construction Paumelle, il a connu plusieurs révolutions dans ce secteur, et a notamment contribué en menant des essais comparatifs à l’élaboration des premiers pieux « à la tarière continue », un procédé révolutionnaire permettant d’éviter les éboulements.

Pieux Ouest travaille en collaboration avec l’entreprise EMO au développement de nouvelles machines et parvient à couvrir tous types de chantiers. Au delà de petits chantiers comme des fondations pour des cages d’ascenseurs ou des maisons individuelles, les équipes de Pieux Ouest ont été appelées pour des chantiers pharaoniques tels que des sites industriels, des lignes de tramway, et dernièrement, la pose de pas moins de 550 pieux à Itteville près de Paris pour soutenir la construction du centre de recherche du groupe Safran. Une fierté pour la famille Goudenège !

Commentaires

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *