Rahul Nanda

Des rues de Bombay au manoir anglais : le fabuleux destin de Rahul Nanda

Aujourd’hui à la tête d’une fortune estimée à 241 millions d’euros, récompensé par une multitude de prix internationaux et comptant parmi ses clients les stars les plus prestigieuses, la formidable ascension de Rahul Nanda a de quoi susciter l’admiration. Devenu l’un des leaders mondiaux de la protection rapprochée, les débuts professionnels de ce fils d’acteur s’annonçaient pourtant sous les plus noirs auspices.

Restaurateur malgré lui

Diwan Rahul Nanda n’a que 16 ans lorsqu’il entre dans la vie active. Son père, ancien militaire, avait abandonné les armes pour partir à la conquête de Bollywood. Si ses quelques apparitions dans une poignée de films lui ont permis d’ouvrir un petit restaurant chinois, son sens des affaires, assez peu développé, était sur le point de mener sa famille à la ruine. Une attaque cardiaque le laissant à moitié paralysé va décider du sort de son fils, obligé, malgré son jeune âge, de reprendre les rênes du business familial.

Conscient du poids qui pèse alors sur ses épaules, Rahul Nanda va déployer des trésors d’ingéniosité pour se sortir d’une situation quasi désespérée. Criblé de dettes, en proie à de graves dissensions familiales, méprisé par des employés refusant de lui obéir, ce n’est que grâce à une ténacité à toute épreuve que le jeune homme va non seulement sauver le restaurant, mais en faire l’un des plus cotés de Bombay.

Mise à l’épreuve pour Rahul Nanda

Son intelligence des affaires lui fait immédiatement comprendre qu’il lui faudra s’impliquer dans toutes les tâches du restaurant. Une chance pour celui qui se décrit comme un hyperactif, incapable de rester assis toute la journée derrière un bureau. Durant une année, gagnant moins de 15 euros par semaine, il fait la plonge, le service, assiste le chef cuisinier tout en gérant la comptabilité. En plus de lui permettre de maitriser tous les rouages de la restauration, cette attitude lui permet aussi de gagner le respect du personnel.

Une fois les dettes remboursées, Nanda s’attèle à promouvoir l’image du Tutkuks en changeant la décoration, en élaborant une nouvelle carte et en misant sur une nourriture de qualité. A tel point qu’au bout de six ans, le petit restaurant familial réalise un chiffre d’affaires de 36 000 euros par jour.

Changement de carrière

Mais la gestion d’un restaurant ne suffit pas à celui qui, à 22 ans, rêve d’action et de réussite. Fort des enseignements tirés de sa déjà longue carrière, il reprend en 1992 l’embryon de société de sécurité qu’avait fondée son père. TOPSGRUP vivote alors avec ses 15 employés, dans un contexte on ne peut plus délicat. La mafia et la corruption gangrènent alors la ville de Bombay, et toute personne gagnant correctement sa vie se retrouve en proie aux extorsions les plus diverses.

Rahul Nanda réutilise les mêmes recettes qui avaient fonctionné pour son restaurant, à savoir une implication totale aux côtés de ses employés. Il apprend les arts-martiaux, se fait garde du corps, participe aux arrestations en collaboration avec les forces de l’ordre et n’hésite pas à faire le coup de poing contre les malfrats. La réputation de son agence croît rapidement, sans qu’il ne lui soit nécessaire de faire la moindre publicité.

Protecteur de stars

Sa première clientèle est constituée des vedettes de Bollywood. Amitabh Bachchan, Hrithik Roshan et Shahrukh Khan, qui font partie des personnalités les plus estimées du cinéma indien, lui font confiance depuis le début. Rahul Nanda a aussi participé au bon déroulement de la Coupe du monde de cricket, gère la sécurité de groupes tels que Tata ou IBM, et a veillé sur la protection de Cindy Crawford ou encore Michael Jackson. Grand admirateur du chanteur, le chef d’entreprise avoue ne pas avoir dormi durant quatre jours consécutifs afin d’assurer la sécurité de la star mondiale.

Son professionnalisme s’avère payant : TOPSGRUP devient vite la première société de sécurité de Bombay, puis de toute l’Inde. Ses 93 000 employés accompagnent plus de 9 000 clients, et le chiffre d’affaires annuel avoisine les 500 millions d’euros. Mais Rahul Nanda, marié et père de trois enfants, ne devait pas tarder à découvrir le revers de la médaille.

Menaces de mort

Etre ceinture noire de kung fu et disposer d’une carrure impressionnante ne suffit pas à décourager la pègre de Bombay. C’est ainsi que Rahul Nanda s’est vu impliqué dans une série de bagarres, a reçu de nombreuses menaces de mort, jusqu’à se retrouver avec un pistolet braqué sur la tempe. Craignant que ses proches ne fassent les frais de cette violence, le businessman décide en 2008 de s’établir en Angleterre, et en profite pour racheter la société Shield Guarding pour la somme de 28 millions d’euros.

Si protéger la vie de sa famille a été sa première motivation, d’autres raisons l’ont amené à quitter l’Inde, qu’il juge trop corrompue et sexiste. « Richie », comme le surnomment ses amis, vit désormais dans un manoir du Buckinghamshire, roule en Bentley et voyage en première classe. Figurant pour la troisième année consécutive sur la liste des personnalités les plus riches établie par le Sunday Times, le parcours de ce surdoué des affaires, passé de la pauvreté au statut de millionnaire et de magnat de la sécurité, se révèle exemplaire.

De la suite dans les idées

Agé d’à peine 44 ans, Richie Nanda mûrit de grands projets pour son groupe, et vise une implantation sur de nouveaux continents. Dans sa ligne de mire, l’Australie, la Chine, l’Europe, l’Afrique et les Etats-Unis. Pour ce descendant d’une ancienne lignée royale pakistanaise, seul un travail acharné permet de maintenir une société à son plus haut niveau. C’est ce qu’il ne cesse de répéter à chaque conférence dont il est l’invité, ainsi qu’à chaque remise de récompense.

A terme, une revente de son groupe est pourtant envisagée ; « De nos jours, les terroristes de par le monde possèdent une telle puissance technologique que mon métier en devient effrayant ». Une reconversion dans ce qui a toujours été sa passion, le cinéma, n’est pas impossible. Le puissant homme d’affaires y apportera très certainement quelques innovations dont il a le secret.

Commentaires
  1. - par Fanny Plaisance

    C’est un peu ce qui manque en Europe, la possibilité de destin tel que celui de Rahul Nanda. Toujours assez fascinant de voir les épopées de ces hommes et femmes qui ont une réussite hors du commun. Un instinct.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.