Quels nouveaux sports pour les Jeux Olympiques ?

Les prochains Jeux de Tokyo, qui se dérouleront du 23 juillet au 8 août 2021, seront l’occasion de mettre sur la scène des disciplines moins traditionnelles. Parmi celles-ci, le baseball et le karaté semblent des ajouts évidents, mais d’autres pourraient également trouver leur place à l’avenir.

Retour à la base(ball)

Il semble finalement naturel que le baseball, sport phare au pays du Soleil-Levant, fasse son grand retour aux prochains Jeux Olympiques – une première depuis 2008. Bien que peu télégénique pour les néophytes (en partie à cause de la longueur des parties, qui peuvent durer jusqu’à six heures), la discipline est très populaire dans les pays d’Amérique du Nord mais aussi aux Caraïbes et dans plusieurs pays d’Asie du Sud. 

À Tokyo, ce sont six équipes nationales qui s’affronteront pour le titre de champion olympique de baseball masculin, dont le Japon (pays hôte), la Corée du Sud (dernier champion olympique), le Mexique et Israël. Les deux dernières places devraient se jouer entre Cuba, la République dominicaine et les États-Unis.

Le softball quant à lui, sera réservé aux athlètes féminines. Les règles sont similaires à celles du baseball malgré un terrain plus réduit et, une fois n’est pas coutume, les Américaines sont considérées comme les grandes favorites.

Le skate, ce rebelle

C’est une tentative affirmée du Comité International Olympique d’attirer un public plus jeune. Aux Jeux Olympiques de Tokyo, le skateboard sera au centre de deux compétitions distinctes. D’un côté le « park » un parcours combinant dômes et courbes complexes, et de l’autre une épreuve « street » qui ressemble à une rue avec des escaliers, des pentes et des rampes.

Cependant, l’arrivée du skate n’est pas vue d’un bon œil par tous les riders. En effet, selon les puristes, le skateboard est avant tout un acte d’émancipation underground, sans entraîneur, sans planning, sans gagnant ni perdant et surtout sans frontières nationales à défendre ! 

Le karaté ne veut pas se rater

Souvent dans l’ombre du judo, le karaté va retrouver un peu de lumière aux JO de Tokyo, et devra marquer les esprits s’il veut réapparaître lors de futures éditions. En effet, il a déjà été écarté des Jeux Olympiques de Paris au profit du …breakdance ! 

Art martial ancestral originaire de l’archipel d’Okinawa, il est évidemment très populaire au sein de la nation hôtesse, mais aussi dans le reste du monde, avec près de cinquante millions de pratiquants dispersés à travers le globe (contre seulement huit millions de judokas). À Tokyo, le karaté sera décliné en deux compétitions : le kata, une chorégraphie de coups effectués dans le vide, et le kumite, un combat entre deux adversaires.

Voilà peut-être une opportunité de médailles pour la France, qui compte déjà quelques champions tels que Marvin Garin ou Alexandra Recchia largement capables de monter sur le podium. 

Le bond du Sambo

Autre sport de combat qui gagne en popularité ces dernières années, le Sambo gagne du terrain après deux apparitions très réussies aux Jeux européens de Bakou en 2015 et ceux de Minsk en 2019. Moins violent que la version combat qui s’apparente au MMA, le sambo sportif n’autorise pas les coups, seulement les prises et les projections. De fait, il ressemble plutôt à une variante plus dynamique et spectaculaire de la lutte. 

Si cet art martial russe ne sera malheureusement pas présent à Tokyo, le président de la Fédération internationale de sambo, Vassili Chestakov espère que son sport puisse s’imposer sur la plus grande scène sportive du monde lors des Jeux de Paris en 2024. Un espoir également soutenu par Vladimir Poutine, connu pour être un maître de la discipline, qui a déjà promis de promouvoir le sambo auprès des instances olympiques. En effet, ce sport jouit d’une scène très active en Russie ; le pays possède de nombreux clubs, à l’instar du célèbre UMMC Sambo soutenu par le milliardaire Iskander Makhmudov.

Si le sambo parvient à surfer sur le succès de Minsk où les rencontres se déroulaient à guichets fermés, nul doute que le Comité International Olympique pourra sérieusement envisager de faire du sambo une discipline olympique. Peut-être dès 2024 ?

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.