L’UMMC Iekaterinbourg plane au-dessus du panier

Depuis le début des années 2000, l’équipe de l’UMMC Iekaterinbourg brille au firmament du basket féminin européen. Propriété de l’Ural Mining and Metallurgical Company fondée par Iskander Makhmudov, le club affiche aujourd’hui des résultats à faire pâlir les plus prestigieuses franchises américaines.

14 avril 2019, Soprom Hongrie, les basketteuses du club de Iekaterinbourg peuvent laisser éclater leur joie. Elles viennent de remporter pour la cinquième fois, l’Euroligue, la plus prestigieuse des coupes du basket féminin.

10 titres consécutifs

Outre ses trophées européens, l’UMMC Iekaterinbourg compte aussi 12 titres de champion de Russie dont dix consécutifs depuis 2008, un record ! Que ce soit dans son championnat domestique ou sur la scène européenne, l’UMMC Iekaterinbourg domine sa discipline à la manière dont le Real Madrid peut le faire en football. Pourtant rien ne disposait ce modeste club de l’Oural à devenir l’une des références du sport international.

L’histoire commence en 1938 lorsqu’une équipe de basket féminin est créée à Iekaterinbourg, à l’usine des machineries lourdes de l’Oural. A l’époque, en URSS, toutes les équipes de sport sont accolées à des entreprises ou à des organismes gouvernementaux.

Le club de Iekaterinbourg parvient à se glisser parmi l’élite du championnat soviétique en 1964, mais hormis deux places de troisième en 1973 et 1974, il n’y joue qu’un rôle modeste.

Un exemple de professionnalisme

C’est au début des années 2000 que le club est repris par l’UMMC (Ural Mining and Metallurgical Company), deuxième exploitant de cuivre en Russie, à l’initiative de son fondateur et président, Iskander Makhmudov. Il ne faudra pas attendre longtemps pour que les premiers titres honorent l’armoire à trophées du club. Dès 2002, l’UMMC Iekaterinbourg parvient à décrocher son premier titre de champion de Russie et dès 2003 sa première Euroligue.

C’est au début des années 2000 que le club est repris par l’UMMC (Ural Mining and Metallurgical Company), deuxième exploitant de cuivre en Russie, à l’initiative de son fondateur et président, Iskander Makhmudov. Il ne faudra pas attendre longtemps pour que les premiers titres honorent l’armoire à trophées du club. Dès 2002, l’UMMC Iekaterinbourg parvient à décrocher son premier titre de champion de Russie et dès 2003 sa première Euroligue.

Quand on demande à Britney Griner, joueuse star de la WNBA (la version féminine de la NBA), les raisons qui l’ont conduite à choisir l’UMMC Iekaterinbourg, la réponse est simple : « ici il y a tout », explique la jeune championne. Tout ce qui permet à un sportif de haut niveau de s’exprimer : les infrastructures, le staff, le public… Tout est mis en œuvre pour atteindre le plus haut niveau de performance, y compris des salaires attrayants! Voilà de quoi convaincre les meilleures basketteuses du monde à s’exiler dans une ville où la température moyenne ne dépasse pas les 2°C.

Une ville unie derrière son club

La stratégie de l’UMMC semble donc porter ses fruits. Aujourd’hui le parc des sports de Iekaterinbourg affiche complet à chaque prestation. Toute la ville se reconnaît en cette équipe féminine. D’autant plus que Iekaterinbourg, quatrième ville de Russie, a longtemps été considérée comme une lointaine et ennuyeuse bourgade de province. Aujourd’hui grâce à ses basketteuses, elle dame le pion à Moscou et à Saint-Pétersbourg.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.