Willem Vedovi - Portrait de Willem Vedovi

Willem Vedovi, la passion de l’art

Willem Vedovi est le directeur de la galerie Vedovi, spécialisée dans l’art contemporain et moderne, qu’il a fondé avec son frère, Paolo Vedovi. Il a fait toute sa carrière dans le marché de l’art, après avoir débuté chez Sotheby’s au sein du département Art Moderne & Impressionniste. Durant plus de trente ans, Willem Vedovi s’est forgé une solide expérience dans ce domaine jusqu’à devenir aujourd’hui une référence dans le monde de l’art.  Rencontre avec un homme qui a su transformer sa passion en succès.

Success-stories : Willem Vedovi, vous avez consacré toute votre carrière au marché de l’art, précisément celui de l’art contemporain. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduit sur cette voie ?

Willem Vedovi : J’ai toujours été passionné par l’art et le milieu de de l’art, réellement. J’ai donc très tôt choisi de m’orienter dans ce domaine.

À travers mes propres expériences personnelles et mes études, j’ai compris que c’était dans cet univers que je voulais évoluer. Je me suis donc orienté vers le marché de l’art, en rejoignant le bureau de Sotheby’s à Londres, place incontournable et mondialement reconnue dans ce domaine. J’y ai débuté en tant qu’expert au sein du département Art Moderne & Impressionniste.

C’est là que tout a vraiment commencé.

SS : Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui voudrait se lancer et suivre votre exemple ?

Willem Vedovi : Être passionné bien évidemment mais d’abord, je dirai qu’il faut toujours croire en soi. Une carrière ne se bâtit pas en un jour. Moi-même, je suis parti d’en bas. Il faut beaucoup de patience et d’abnégation.

Aujourd’hui, j’ai la chance d’être à la tête de la galerie que j’ai fondé avec mon frère, Paolo. Mais cela m’a demandé de longues années de travail. C’est un long processus car le milieu est exigeant. Le marché de l’art a ses codes et ses rituels, il faut les connaître et s’y adapter. Mais c’est aussi un vrai lieu de rencontre, d’échange et de partage.

Si je devais donner un unique conseil aux jeunes qui souhaitent se lancer dans une carrière sur le marché de l’art, je dirai foncez et surtout montrez votre désir d’apprendre, de chercher et d’échanger. Soyez rigoureux mais toujours curieux, gardez un esprit d’explorateur !

SS : Revenons à votre propre parcours. Après votre entrée chez Sotheby’s, comment a évolué votre carrière ?

Willem Vedovi : Je suis resté un an chez Sotheby’s avant de prendre la direction de la galerie Odermatt-Cazeau à Paris en 1986. J’ai occupé ce poste jusqu’en 1991.

Cette solide expérience m’a permis d’acquérir une excellente connaissance du marché et de construire petit à petit mon réseau. Ces cinq ans chez Odermatt-Cazeau m’ont aussi permis de passer un cap et de prendre conscience des opportunités professionnelles qui s’offraient à moi. J’avais depuis longtemps envie de me mettre à mon compte et de voler de mes propres ailes. Avec mon frère, nous avons donc décidé de fonder notre propre galerie en 1995, à Bruxelles.

Aujourd’hui la galerie Vedovi est spécialisée dans l’art contemporain et moderne, au carrefour des influences et des œuvres européennes et américaines. Notre expertise et notre sérieux font de la galerie un acteur reconnu et respecté sur le marché. Sur le plan professionnel, je considère que c’est ma plus grande réussite. Je vis désormais de ma passion au quotidien et en toute indépendance. Un vrai plaisir !

SS : Comme vous venez de l’évoquer, vous êtes désormais le directeur de cette galerie basée à Bruxelles mais dont les activités se déclinent à l’international avec un certain succès. Pouvez-vous nous la présenter ?

Willem Vedovi : La Galerie Vedovi a donc été créée en 1995 comme je vous le disais. Elle est spécialisée dans l’art contemporain et moderne, notamment les œuvres d’après-guerre et les créations de grands artistes européens et américains.

Près de vingt ans après sa fondation, la Galerie Vedovi est éminemment reconnue pour sa compréhension et sa connaissance du marché de l’art. Elle est présente lors des événements majeurs du marché de l’art, comme la FIAC (Foire International d’Art Contemporain), le TEFAF (The European Fine Art Fair) mais aussi les Rétrospectives Magritte qui ont été visibles à travers le monde entier, à Rome, Tokyo ou Séoul. Clairement, notre positionnement est tourné vers l’international.

La Galerie Vedovi accueille les œuvres d’artistes les plus prestigieux. Je peux vous citer Francis Bacon, René Magritte, Pablo Picasso, Pierre Soulages ou encore Andy Warhol.

Plus récemment, notre galerie s’est intéressée à des artistes plus contemporains comme Lucio Fontana, Alighiero e Boetti ou Donald Judd. Comme vous pouvez le voir, ce sont aussi bien l’ancienneté et la diversité de la Galerie Vedovi qui font sa force et sa réputation auprès d’une large clientèle.

SS : Pour finir, le marché de l’art contemporain est assez peu connu. Pourtant, c’est un marché animé par de grands débats : légitimité des œuvres, spéculation financière, querelles artistiques, etc. En tant qu’expert, quelles sont selon vous les grandes tendances et les évolutions que devrait connaitre ce domaine si particulier ? 

Willem Vedovi : Permettez-moi d’abord de dire que la légitimité de l’art contemporain ne peut plus être débattue : c’est désormais un part non négligeable du monde de l’art, incarnée par de grands créateurs, issus de toutes les cultures et de tous les horizons.

Qui plus est, l’intérêt que porte le grand public à l’art contemporain n’est plus à démontrer. C’est donc à la fois un art pointu et populaire. C’est vrai que le marché de l’art est souvent méconnu ou mal-connu et qu’il suscite peut-être des débats voire des fantasmes.

Mais l’art contemporain est le reflet de son époque, l’expression d’une société. Il nous interroge, nous trouble et nous choque parfois. De fait, il n’est pas si étonnant de constater régulièrement des ventes record.

Car l’art contemporain porte en lui une valeur inestimable : celle de la liberté de l’homme, inaltérable et illimitée.

Commentaires
  1. - par Aurélie

    Avoir une passion qui devient son métier… la recette du bonheur??

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *