ibm-ceo-ginni-rometty

« Réussir, c’est être capable de se réinventer », Virginia Rometty, présidente d’IBM

En accédant à la tête d’IBM, Virginia Rometty est devenue, selon le magazine Forbes, la femme la plus puissante du monde. Le parcours de Virginia Rometty est un modèle de success story. Ainée d’une famille modeste, elle est devenue la première dirigeante du géant de l’informatique. La clé de cette réussite ? Selon ses propres mots : la capacité à se réinventer.

Lorsqu’on lui demande quelle est la plus grande erreur qu’elle est commise, Virginia Rometty, présidente d’IBM depuis janvier 2012, répond sans hésiter : « la plus grave erreur est celle dont on ne tire aucune leçon ». Pour Virginia Rometty, la clé du succès réside dans la capacité à perpétuellement se réinventer. Un credo dont elle a fait très tôt une ligne de conduite.

La femme la plus puissante du monde

virginie RomettyL’anecdote est rapportée par le magazine américain « Fortune ». Jeune étudiante en informatique à l’université Northwestern, Virginia Rometty débarque un matin dans la chambre d’un camarade. Elle tient à la main une liste de questions sur la programmation. Son camarade lui propose des réponses, mais Virginia Rometty persiste dans ses demandes. Ce qu’elle veut, ce ne sont pas les réponses, mais la méthode pour arriver aux solutions. Cette détermination à rechercher les causes, la guidera tout au long de sa carrière. Elle lui permettra d’être la première femme à accéder à la tête d’IBM, 9ème capitalisation boursière mondiale avec 238 milliards de dollars. Lorsqu’elle a pris la tête du groupe, Virginia Rometty a été désignée par le magazine Forbes comme la femme la plus puissante du monde.

Au départ, rien ne prédispose cette jeune fille, ainée de quatre enfants, élevée par une mère seule dans une famille modeste, à diriger l’un des plus grands groupes mondiaux. Après avoir obtenu en 1979, un diplôme de Bachelor of Science en informatique et génie électrique, elle rejoint IBM en 1981. Elle a alors 23 ans. Elle fait ses débuts dans le groupe en tant qu’ingénieur système dans un bureau de Detroit.

100 000 messages téléphoniques

Elle va rapidement s’orienter vers la vente et le marketing auprès notamment de clients grands comptes comme les banques et les assurances. En 1991, elle rejoint l’activité conseil d’IBM. Ce sera sa chance. En 2002, elle est chargée de réaliser l’intégration de la branche conseil du cabinet PriceWaterhouseCoopers. IBM vient de racheter cette entité pour 3,9 milliards de dollars. L’enjeu est de taille. Il s’agit de créer la plus grande structure mondiale de conseil. Mais la difficulté est grande. Il existe entre les consultants des deux entités de telles différences de culture qu’IBM craint une véritable “fuite des cerveaux”. Virginia Romertty va alors se souvenir d’une des leçons de Samuel J. Palmisano, président d’IBM entre 2002 et 2011. Celui-ci aime à répéter que : “rien n’est inévitable”. Virginia Romerty prend son téléphone et laisse un message dans la boite vocale des 100 000 consultants de PriceWaterhousse. Elle leur assure notamment qu’IBM saura prendre en compte la diversité des cultures. La démarche porte ses fruits, il n’y aura pas de fuite des cerveaux. Ce succès permet à Virginia Rometty d’intégrer l’équipe des cadres dirigeants du groupe.

Pas de bonus en 2014

En 2009, elle prend la direction mondiale des ventes, à laquelle s’ajoutent en 2010 le marketing et de la stratégie internationale. Devenue présidente du groupe, c’est toujours la même capacité à se réinventer qui soutient son action. Comme elle l’énonce elle même, Big Blue, c’est le surnom d’IBM, est aujourd’hui à un moment charnière de son histoire. L’informatique est entrée dans son troisème âge. La première génération remonte au début d’IBM avec les tabulatrices, la deuxième est celle des machines programmées, la troisième est celle de l’informatique cognitive. IBM doit donc changer pour rester à la pointe de la technologie après plus d’un siècle de leadership.

BigData-IBMSous l’impulsion de Virginia Rometty, le groupe accentue ses efforts dans les domaines de l’intelligence artificielle et le big data. Après avoir remporté aux Etats-Unis le programme de jeu Jeopardy, Watson, le super calculateur intelligent d’IBM, est maintenant testé à des fins médicales. Le big data et l’informatique concentrent deux tiers des efforts de recherche d’IBM. Et si les résultats se font attendre, l’activité vente de matériel est en baisse, Virginia Rometty invente encore de nouvelles réponses. Elle a proposé en février 2014 que l’ensemble de la direction du groupe renonce à ses bonus. Une manière d’affirmer qu’elle s’inscrivait dans la durée et qu’elle croyait au succès de Big Blue. Encore une fois, le message a été entendu.

Commentaires
  1. - par Olivier Morris

    Un parcours fascinant, un success storie comme seule l’Amérique est capable d’en produire.

  2. - par Adriko Irumu

    Fantastique! Quelle ascension fulgurante! À mon tour, je demande à Virginia Romertty, en plus de cette formule « se réinventer », d’avoir l’amabilité de me dire « Comment se réinventer ». Déjà à ce point, je suis reconnaissant de cette success story qui a provoqué en moi une effervescence mentale.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.