doctolib

Quoi de neuf Doctolib ?

Doctolib est un outil de réservation en ligne qui veut digitaliser le secteur de la santé. Grace à cette plateforme, le patient peut ainsi prendre rendez-vous auprès d’un praticien proche de chez lui en quelques clics, et ce 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ce service a provoqué un engouement très important des professionnels ce qui lui a assuré un vif succès et lui a permis d’attirer près de 2,5 millions d’utilisateurs.

Un outil qui comble les praticiens

L’un des atouts principaux de Doctolib est le service qui permet aux médecins ou autres dentistes de gérer facilement les rendez-vous. Ces derniers sont pris en ligne par les patients et un SMS de rappel leur est envoyé par la suite. Abonnement sans engagement, le coût de ce service revient à cent euros par mois et peut rapporter en moyenne 1 000 à 2 000 euros mensuellement au professionnel de la santé.

Doctolib assure un service complet allant de la formation à l’installation en passant par les mises à jour du logiciel. La start-up va jusqu’à former la secrétaire du cabinet médical à ce nouveau service et apporte son aide à ces clients pour modifier leur site afin de l’adapter à l’application. Doctolib offre ainsi un service clés en main en déchargeant le professionnel des coûts de maintenance que les franchises traditionnelles facturent habituellement.

Le « Google de la santé »

L’application facilite également la vie des patients, qui peuvent prendre rendez-vous à n’importe quelle heure. Le choix du praticien est libre, le patient peut rechercher son médecin habituel ou un spécialiste proche de chez-lui. Il est ainsi possible, comme cette patiente l’a fait, de « pouvoir prendre rendez-vous chez le pédiatre pour sa fille à une heure du matin pour le lendemain ».

Stanislas Niox-Chateau, cofondateur du logiciel, parle de « Google de la santé ». En effet, Doctolib a pour volonté de révolutionner le quotidien des professionnels de santé en réduisant considérablement le temps de gestion administrative, et notamment la prise de rendez-vous qui, sans Doctolib, n’est pas possible via Internet.

Aujourd’hui, le taux de réussite de démarchage Doctolib est proche de cent pour cent. Pour atteindre ce résultat, les trois fondateurs Ivan Schneider, Jessy Bernal et Stanislas Niox-Chateau ont effectué un véritable « pèlerinage » afin de rencontrer chaque professionnel et présenter leur service. Grâce à cette détermination, Doctolib est aujourd’hui, sans aucun doute, un vrai succès.

Des chiffres très prometteurs pour Doctolib

La start-up a été créée en 2013 et n’a cessé de s’agrandir. Dans l’année de sa création le nombre de salariés est passé de 0 à 50, et en 2014 le nombre d’abonnés a atteint 1500. L’entreprise compte maintenant 200 salariés répartis dans 15 bureaux en France. Une ascension fulgurante en à peine trois ans.

Côté financement, trois levées de fonds ont été effectuées, une première de 1 million d’euros en 2014, et deux autres de 4 millions et 18 millions en 2015. Ces derniers proviennent principalement des entrepreneurs présents sur Internet qui désirent développer l’e-santé de demain. On retrouve ainsi des investisseurs français de renom. Parmi eux Pierre Kosciusko Morizet, cofondateur de PriceMinister, Bertrand Jelensperger, cofondateur et P-DG de Lafourchette, ou encore Antoine Freyzs, cofondateur et DG de Kerala Ventures. Ces business angels contribuent largement au développement de Doctolib.

Si l’objectif était de cibler toute la France et d’atteindre au moins 5 000 praticiens abonnés, à terme, le but est de s’étendre en Europe. Et cela malgré les contraintes juridiques au vue des différentes chartes déontologiques, très pointues, qui sont un réel  obstacle au développement du logiciel.

Dans tous les cas, à l’heure actuelle, Doctolib peut se vanter de rendre service à 7 000 professionnels de santé pour 3,2 millions de patients. Et le logiciel a largement devancé ses concurrents, tel que MonDocteur, Keldoc ou encore les PagesJaunesDoc. Le service, plus complet, a su convaincre les professionnels de la santé tout comme les patients. Prochaine étape : devenir numéro un en Europe.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *