minecraft

Minecraft : l’histoire d’une success story

En septembre dernier, Microsoft annonce le rachat du jeu vidéo Minecraft pour 2,5 milliards de dollars. Quel est ce jeu qui vaut autant d’argent ? Comment fonctionne-t-il ? Qui est son créateur ? Portrait d’une success story qui commence en Suède.

Le 15 septembre 2014, Microsoft annonce le rachat de Minecraft pour 2,5 milliards de dollars. Pourquoi une telle somme ? Tout d’abord, parce que ce jeu connaît un succès extraordinaire. Aujourd’hui, plus de 17 millions de personnes dans le monde ont acheté la version du jeu PC ou Mac. Pour preuve, un compteur, présent sur le site Internet du jeu, indique en temps réel le nombre d’acheteurs. A l’origine, accessible uniquement à partir d’un navigateur Web, le jeu a vite été développé pour jouer sur Windows, Mac et Linux, téléphone mobile mais aussi consoles de jeux vidéo, Playstation et Xbox. Il est aujourd’hui disponible sur quasiment tous les supports numériques. Le choix de Microsoft n’est donc pas anodin !

Comment ça marche ?

Minecraft est une version plus moderne des jeux de construction type « Lego ». Tout se passe sur une planète, composée de cubes. Dans ce jeu, tout est cube : le sol, l’herbe, la neige ou encore l’eau. L’idée est simple : il faut casser, ramasser, empiler des blocs de matières pour construire et ainsi fabriquer tout ce qui peut s’imaginer : une maison, tout un quartier, une petite ville, un vaisseau spatial etc.

Plusieurs modes de jeu existent : une version classique (authentique et gratuite), et quatre autres versions. La version appelée « Creative » offre au joueur la possibilité de détruire et construire des blocs à volonté. La version « Survival » se joue sur une planète peuplée de monstres où l’idée est donc, comme son nom l’indique, de survivre dans ce monde imaginaire. Le mode « Hardcore » est une version du mode « Survival » dans laquelle le joueur n’a qu’une seule vie. S’il meurt, il ne peut pas ressusciter : aucun droit à l’erreur ! Enfin, la version « Adventure » est également un dérivé du jeu « Survival » mais dans lequel on ne peut jouer avec les blocs, comme à l’origine. Pour évoluer dans le jeu, il faut commercer avec les villageois et échanger des outils contre des émeraudes.

Il était une fois…

Tout ce monde imaginaire est sorti du cerveau d’une personne : Markus Persson, plus connu sous le nom de Notch pour la communauté. Ce suédois de 35 ans a développé ce jeu en 2009. Mais ce n’était pas son premier coup d’essai. Dès son plus jeune âge, il commence à programmer des jeux. Sur le site Internet minecraft.net, une petite histoire du fondateur du jeu nous le présente comme un jeune homme enthousiaste et plein d’idées. Très vite, un groupe de collaborateurs reprend sa suite dans son studio Mojang pour le laisser se concentrer sur d’autres projets. Aujourd’hui, 70% de ce rachat par Microsoft lui revient. On imagine aisément les projets que ce jeune entrepreneur pourra mettre en place grâce à cet investissement !

Une communauté très active

Le succès de ce jeu s’appuie enfin sur une communauté de développeurs très active. Une grande variété de contenus est créée par la communauté, comme des textures, des mondes tout fabriqués, des constructions modernes. Tout cela est disponible gratuitement sur divers sites Internet. Des mondes imaginaires, fantasmés, historiques sont fabriqués tous les jours par des millions d’architectes nouvelle génération. Une réplique de la Rome antique ou une planète d’un autre système solaire.

Alors pourquoi pas un décor pour un film sur grand écran ? Une adaptation cinématographique est, en effet, prévue par la Warner Bros. avec l’aide d’un des producteurs du film « La Grande Aventure Lego ». Décidément ce jeu est une vraie mine à succès !

 

Commentaires
  1. - par Tom Ventura

    Passionnant. Je ne connais pas ce jeu mais son histoire est très formidable. Comment parvenir au succès grâce à son imagination.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.