john-legere-how-the-t-mobile-ceo-is-poised-to-make-millions-after-bringing-the-company-back-from-the-dead

John Legere, PDG de T-Mobile US, bouleverse l’offre mobile aux États-Unis

John Legere, le PDG de l’opérateur américain T-Mobile, a hissé en quelques années son entreprise parmi les rangs des leaders de l’industrie des télécommunications, en introduisant des offres disruptives sur le marché. Portrait d’un leader inspiré

Né en 1958 dans le Massachussetts, rien ne vouait John Legere à devenir l’une des personnalités les plus influents de l’univers des télécommunications. Au lycée, John aspire à devenir un professeur de sport. Pourtant, lorsqu’il découvre le salaire accordé à la profession à laquelle il se destine, il décide de changer de cap.

Il passe avec brio un Bachelor en gestion des affaires à l’université du Massachussetts, puis un Master en Sciences au très prestigieux MIT (Massachussetts Institute of Technology). Il se dote ensuite d’un Master en gestion des entreprises à l’université Fairleigh Dickinson, puis effectue un programme spécialisé pour futurs managers à l’université de Harvard. Non content d’afficher un parcours académique brillant, Legere est également un sportif accompli, et fait de la course au niveau de compétition national.

Un début de carrière marqué par l’Asie

Ses diplômes en poche, Legere débute sa carrière chez New England Telephones, une entreprise de télécommunications… qu‘il quitte rapidement pour l’operateur AT&T. Il y restera près de vingt ans. Il rejoint la direction de sa branche Asie entre 1994 et 1997, tout en occupant la fonction de responsable de la stratégie globale et du ‘business development’ d’AT&T. Il dirige ensuite pendant un an la direction globale des « outsourcing of AT&T solutions ».

Un parcours brillant chez Dell, puis l’échec de Global Crossing

Le travail acharné et la vision de Legere plaisent, si bien qu’il quitte AT&T en 1998, acceptant une offre au sein de Dell. Il y passe 14 années, occupant diverses fonctions au sein de la direction générale dont les postes de vice-président de la société, ainsi que de directeur général des Opérations en Europe, en Asie, en Afrique ainsi qu’au Moyen-Orient.

L’ascension de Legere semble sans limite, surtout en 2002, lorsqu’il est promu président directeur général de la société de télécommunications Global Crossing. Il y occupe cette fonction jusqu’en 2011, date à laquelle l’entreprise est contrainte à déposer le bilan, conduite à la banqueroute par les choix de son PDG.

Avec T-Mobile US, Legere secoue le marché

John LegereMalgré une forte controverse pesant sur ses méthodes de leadership chez Global Crossing, Legere est nommé PDG de l’opérateur mobile T-Mobile US. En entrant en fonction, il fait le vœu de « secouer le status quo ».

Sa stratégie semble fonctionner, car T-Mobile affiche depuis des chiffres impressionnants : acquisition de nouveaux clients et croissance du chiffre d’affaires, le compteur de l’opérateur mobile s’affole. Ce retour sur le devant de la scène s’explique par l’adoption d’une nouvelle stratégie, ainsi que d’une nouvelle approche marketing.

À l’instar de Xavier Niel et l’arrivée en fanfare de Free sur le marché français, Legere impose sur le marché américain des offres innovantes contraignant ses concurrents à s’aligner et proposer un équivalent, au risque de perdre leurs clients. Entre autres, les offres T-Mobile « sans contrat » et la fidélisation des clients grâce au remplacement de leurs mobiles par des smartphones, bouleversent l’industrie des télécommunications aux Etats-Unis.

Un leadership agressif portant ses fruits

L’agressivité de Legere et son attaque n’ont pour l’instant pas suffi à déséquilibrer les géants de l’industrie, AT&T et Verizon Wireless. Pourtant, T-Mobile se démarque par ses campagnes de publicité frappantes et son approche disruptive d’un marché longtemps oligopolistique.

À 55 ans, John Legere affiche une détermination et un caractère qui forcent le respect de ses concurrents. Il se déclare « différent » du reste des cadres de l’industrie des télécoms, et affiche lors de ses apparitions publiques des cheveux longs, un T-shirt, un jean délavé et des baskets. Pourtant, derrière cette apparence décontractée, Legere cache une volonté de mener T-Mobile à la domination du marché, ou du moins d’en bousculer les codes.

Commentaires
  1. - par Raphael Simon

    C’est un grand pari que de percer le marché américain, sur un domaine presque stratégique.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.