Gérald Marie

Gérald Marie, la mode et le mannequinat

Je suis heureux de vous faire partager cette interview de Gérald Marie, Chairman de la nouvelle agence de mannequins qui monte à Paris, Oui Management. Gérald Mariea passé l’ensemble de sa carrière dans le monde du mannequinat et a notamment développé le fameux concours de mannequin Elite Model Look.

Success stories : Gérald Marie, vous avez passé l’ensemble de votre carrière dans le secteur de la mode et du mannequinat. Racontez-nous un peu votre parcours.

Gérald Marie : J’ai appris le métier d’agent de mannequin dès le début de ma carrière, à New York dans les années 70. Rentré en France, j’ai longtemps dirigé l’agence Paris Planning jusqu’à sa fusion avec le groupe Elite en 1986. C’est chez Elite que j’ai passé la plus grande partie de ma carrière. Je me suis très tôt occupé du développement international de l’agence, à travers mes fonctions de directeur Europe mais aussi et surtout à travers la création et le développement du concours Elite Model Look. Ce concours est rapidement devenu une référence mondiale qui a permis de détecter les plus grands talents de l’histoire du mannequinat.

Success stories : En 2012, vous avez rejoint une nouvelle agence, Oui Management. Pourquoi ?

Gérald Marie : Oui, j’ai rejoint mon ami Steve Dellar en 2012 pour participer à l’aventure de cette nouvelle agence ! Aujourd’hui le marché a évolué. Au fil des ans, Elite a dû faire face à la concurrence tout en renforçant sa position de géant sur le secteur. Après un certain nombre d’années à cette position, il était temps  que je m’éloigne du groupe pour rejoindre une agence plus en adéquation avec le marché actuel ; c’est-à-dire une agence jeune et dynamique.

Success stories : Quelles sont les spécificités de cette agence ?

Gérald Marie : L’équipe est constituée des personnes confirmées venues d’autres grandes agences, ce qui nous permet d’avancer rapidement et de répondre parfaitement à la demande de nos clients. Le fait d’être à taille humaine, nous permet également de mettre en place une relation privilégiée avec chacun de nos models.Après un an d’activité Oui Management est devenue une agence forte, qui représente déjà de grands noms et qui ne cesse de croître.

Success stories : Qu’est-ce qui vous passionne dans ce métier ?

Gérald Marie : Trouver la personne qui représentera la beauté de demain. C’est un challenge incessant, qui évolue en même temps que tout l’univers de la mode bien sûr mais aussi au gré des évolutions de la société. D’une collection a une autre, un couturier souhaitera voir ses tenues mises en valeur par un type de fille plutôt qu’un autre et cela change constamment. Il y a également une vraie dimension culturelle : trouver une star du mannequinat pour le marché nord-américain, européen ou asiatique est extrêmement différent. J’aime enfin l’aspect humain du métier. Etre mannequin est un métier difficile, proche de celui d’un sportif de haut-niveau et le rôle d’un agent est très important pour aider les jeunes femmes à trouver leur équilibre, une condition indispensable pour mener une carrière brillante.

Success stories : Vous avez géré le concours Elite Model Look, devenu une référence internationale, pendant de très nombreuses années. Comment est venue l’idée de ce concours ?

Gérald Marie : Ce concours a été créé au début des années 80, lorsque le groupe Elite était en plein développement. A cette époque, notre principal concurrent était l’agence Ford qui venait tout juste de lancer son propre casting. Il était donc logique que nous lancions nous aussi notre concours. Notre différence fut principalement de rendre ce concours international et de découvrir grâce à lui les Top Models de l’époque (Cindy Crawford, Stéphanie Seymour, Gisèle Bundchen…).

Success stories : Quelles sont les années du concours qui vous ont le plus marqué ? Pourquoi ?

Gérald Marie : Chaque année est spécifique. Lorsque vous travaillez pendant un an sur un évènement tel que le concours Elite Model Look, cela implique énormément de travail (réunions, déplacements, négociations…), pour finalement retrouver 50 jeunes filles venues des quatre coins du monde, dans le but d’intégrer l’agence. Le plus marquant dans tout cela ? La joie et la fierté de ces futurs Top Models ainsi que de leurs parents. Elles ont la chance de défiler devant un jury de professionnels de la mode et de bénéficier des conseils avisés de nos équipes, pour tenter de réaliser leur rêve.

Success stories : Gérald Marie, quelles sont, selon vous, les caractéristiques d’un bon agent ?

Gérald Marie : Le terme booker est celui donné dans le milieu de la mode. Il est plus simple de parler d’agent de mannequin pour définir notre métier. C’est un métier très large qui englobe une multitude de fonctions !En premier lieu, il s’agit de tout ce qui tourne autour du développement de carrière, le rôle d’un agent en quelque sorte ; un contrat de cosmétiques par exemple, que l’on gère du début à la fin pour chaque jeune femme. Intervient aussi tout le côté emploi du temps, calage de rendez-vous pour des essayages, des castings, des défilés… Le rôle d’un agent est donc d’organiser et d’optimiser la journée des mannequins mais aussi de les briefer sur les personnes qu’elles vont rencontrer, leur conseiller une tenue, talons hauts ou plats, etc.  Ensuite, il y a tout le côté gestion de la personne. Il faut prendre en considération le fait que nous nous occupons de filles souvent très jeunes au début de leur carrière, qui se retrouvent parfois loin de chez elles et de leur famille. Ainsi, nous les encadrons de A à Z.

Commentaires
  1. - par marion

    c’est vrai qu’on ne connait pas bien le métier d’agent. merci pour cette interview de gerald marie qui nous permet de comprendre un peu l’envers du décor.

  2. - par Lisa

    C’est intéressant, cela donne une autre vision de cet univers. Les loges derrière les lumières.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.