Ces choses que vous ne devriez jamais faire apparaître sur votre CV

Quelques conseils d’experts en recrutement pour aider à construire de meilleurs CV, qui brisent certaines idées reçues sur le processus de recrutement.

Les managers et recruteurs reçoivent pour chaque ouverture de poste jusqu’à plusieurs centaines de CV et lettres de motivation. Comme ils n’ont souvent pas le temps d’examiner en détail chaque candidature, ils prennent la décision de vous placer dans la pile des « oui » ou dans celle des « non » très rapidement, cela leur prend 6 secondes. Vous pouvez donc être le candidat rêvé pour le poste, il se peut qu’à cause d’une faute de frappe, d’un mauvais choix de police, ou d’un mauvais choix de contenu le poste de vos rêves vous passe sous le nez. Des experts en recrutement proposent quelques conseils pour vous aider à rédiger un CV qui fait mouche.

Faire apparaître ses objectifs

Si vous envoyez votre candidature, il est évident que vous voulez le poste. Au lieu d’exprimer ce désir, parlez plutôt des objectifs que vous prévoyez de vous fixer au sein de votre nouvelle entreprise, de ce que vous pouvez lui apporter. Bien sûr, l’exception qui confirme la règle est que si vous changez complètement de secteur, il peut être intéressant de raconter pourquoi vous en faîtes autant et pourquoi le nouveau poste vous intéresse.

Ces choses qui n’ont tout simplement pas leur place dans le CV

Vous avez été élu meilleur animateur par les jeunes de Cresson-sur-Bréssières quand vous étiez en stage BAFA, ou meilleur vendeur de popcorn au cinéma grâce à votre sourire ravageur, c’est très bien mais à moins que vous ne vouliez continuer à travailler dans ce secteur, il est complètement inutile d’en parler. Cela occupe de la place sur le CV et du temps de lecture pour le recruteur.

Sont également à éviter les informations trop personnelles comme votre statut marital, vos hobbies, votre religion, vos notes du bac -sauf peut-être dans le cas d’une obtention toute récente du diplôme- ou encore votre numéro de sécurité social. Ces éléments ne présentent pas d’intérêt particulier et il est désormais illégal pour les recruteurs de vous les demander. Ne pas mentionner son âge ou faire apparaître sa photo permet également d’éviter d’être discriminé.

Il est conseillé de ne pas mentionner ses références. Si les recruteurs veulent leur parler, ils ne manqueront pas de vous le faire savoir. Il sera, le cas échéant, important de prévenir ladite référence que l’on risque de l’appeler à votre sujet.

Conseils de rédaction

Ils peuvent avoir l’air de détails, mais ont sans conteste leur importance dans la mise en forme du CV. Par exemple, il convient d’éviter les pronoms personnels. Selon Tina Nicolai, coach de carrière, les « je », « moi », « nous » sont à bannir. Il ne faut pas rédiger son CV à la première personne, ni même à la troisième. Il est évident que l’on parle de soi. Évitez également les précisions qui n’ont pas lieu d’être. Si l’on écrit un numéro de téléphone, nul besoin de faire apparaître le mot « téléphone » devant. On comprend de quoi il s’agit en voyant les 10 chiffres.

Par ailleurs le choix de la police de caractère est important. Des polices démodées comme Times New Roman sont à proscrire et il convient mieux d’utiliser des polices sans empattements, comme Arial par exemple.

Enfin, il ne faut pas abuser des jolis mots sans véritable impact qui risquent d’irriter le lecteur plus que de le séduire. Privilégier un champ lexical de l’action est la meilleure marche à suivre, en faisant par exemple usage des verbes « manager », « réussir », ou « accomplir ». Lorsque Carreerbuilders a interrogé 2201 recruteurs américains sur les mots qui les agaçaient le plus, ceux-ci ont en effet cité des termes comme « synergie « , « le meilleur de sa catégorie », « fonceur » ou encore « penser différemment ».

Les sujets tabous

Ils ne sont pas nombreux mais peuvent tout gâcher. Par exemple, selon Amy Hoover, présidente de Talent Zoo, il ne faut pas parler du salaire demandé dans son CV. Le CV est un document destiné à montrer votre expérience et vos compétences pour le poste souhaité. Ainsi, discuter du salaire est quelque chose qui vient plus tard dans le processus de recrutement, lors d’un premier voire d’un second entretien. Les raisons pour lesquelles le candidat a quitté son précédent emploi sont un autre exemple de ces éléments à bannir du CV pour éventuellement les évoquer -si c’est demandé- en entretien.

L’objectif est clair : capter l’attention des recruteurs et réussir à la garder assez longtemps pour se vendre efficacement. Le choix des informations mises en avant -et leur forme- est donc une des clés pour réussir ce challenge et s’aventurer sans embûches sur le marché du travail.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.